Qui est en ligne

Il y a actuellement 3 invités en ligne

Utilisateurs

Dans notre galerie photo

Accueil arrow Récits arrow Sur le chemin de St Jacques...
Sur le chemin de St Jacques... Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Voici le récit de notre petit voyage vers St Jacques de Compostelle qu s'est déroulé le mois de mai dernier...

Image 

     Rendez-vous avait été donné le dimanche 21 Mai en fin d'après midi sur le terrain d'Oloron Ste Marie. Quatre avions étaient attendus: Le RF3 de Brian MORGAN venant d'Amboise, le RF4 de Pierre BURET venant d'Yvetot, le Jodel de Loïs CARRIER venant de Lapalisse et moi même avec mon RF3 venant de Chelles en région parisienne. L'initiateur de ce voyage, Eric DES GAYETS, n'ayant pas pu remettre en état son RF4, se fera transporter dans le Jodel avec Frank SALINDRES un instructeur de Lapalisse.

    La météo n'est pas des plus favorable ce dimanche matin, excité par l'idée de ce voyage, c'est aux aurores que je pointe le bout de mon nez dehors: plafond bas ( 500ft environ) et fort vent du Sud. Gonflé à bloc je charge la voiture et m'apprête à prendre la route du terrain. J'appelle Pierre  pour prendre des nouvelles car nous devions éventuellement nous retrouver lors du ravitaillement. Pierre n'est pas très optimiste quant à nos chances de passer vers le sud, il me décrit les conditions cataclysmiques qu'il rencontre à Yvetot,ce sont les mêmes qu'à Paris ! Pierre a raison, se n'est pas un temps à faire voler nos petits avions, je m'en remets au jugement de Pierre vu sa grosse expérience des voyages. Nous suspendons donc notre départ jusqu'à nouvel avis et informe Eric qui lui a de très bonnes conditions à Lapalisse.

    Vers 10h30 le plafond s'améliore sensiblement, j'estime 1000ft. Je rappelle Pierre pensant être capable de décoller vers 11h30 vu l'évolution de la météo, en fait Pierre est déjà sur la route et il pense décoller vers 11h ! Ni une ni deux, j'embrasse la petite famille et démarre pour le terrain (10-15 ' de route). L'avion avait été préparé la veille aussi tout ce passe pour le mieux puisque je mets en route à 11h20. Le plafond augmente de minute en minute et les 1500ft de la zone de Paris sont atteints sans difficulté, la visibilité est bonne. A peine une demi-heure après le départ, la couverture nuageuse se morcelle et bientôt le chapeau serra de rigueur sous la verrière, seul le vent se maintient (du 200° pour 15kt au sol).

    Les escales de ravitaillement prévues sont Argenton sur Creuse ou St Junien. La première est un peu loin d'Oloron d'autant que la route directe traverse la CTR de Pau et que sans transpondeur... La deuxième est un peu loin de Chelles ! Bien sûr je peut faire deux ravitaillements mais j'aimerais éviter...

    Arrivé au travers d'Argenton le jaugeur m'indique encore une bonne demi-heure de vol (fiable puisqu'il s'agit d'un flotteur dans le réservoir) et St Junien est à 25 minutes...Je décide de poursuivre la météo étant maintenant CAVOK 8/8 de bleu ! Cette dernière demi-heure de vol a été très longue ! Sur la carte figure un terrain à usage restreint entre les deux mais je ne l'ai pas trouvé et y aurait-il eu de l'essence? Faut-il monter pour gagner de l'altitude utile en cas de panne? Mais si je monte je vais consommer plus! Faut-il réduire pour consommer moins? Mais si je réduis, avec ce vent, je ne vais plus avancer! Cette petite colline juste avant St Junien ne va-t-elle pas faire forcir le vent par effet venturi? Bref il n'y avait pas que le soleil qui faisait chauffer le crâne sous la verrière! tout se fini bien, il ne me reste plus qu'à négocier l'atterrissage sur la piste en dur avec ce satané vent qui maintenant est de travers bien sûr!

Image

Ravitaillement à ST Junien. 

    Une petite heure pour se dégourdir les jambes et il est temps de repartir. La deuxième partie du vol se déroule sans encombre. Comme je m'y attendait le contrôleur de Pau préfère ne pas faire l'effort de matérialiser ma position (1000ft sol suivant les points de report VFR...) et m'enjoint de contourner sa zone, il est vrai qu'il allait y avoir un DEPART IFR et ça c'est important! Le liner a dû passer les 1000ft avant le bout de la piste et le niveau 100 au dessus de mon hypothétique position... Tant pis, je me poserais à Oloron cinq minutes plus tard et ma situation pétrolière n'est pas aussi tendue qu'a St Junien. A Oloron, le Jodel de Lapalisse est déjà arrivé mais pas de nouvelle des deux autres Fourniers. Le temps d'arrimer mon RF3 pour la nuit et de visiter les nombreuses curiosités dans les hangars, le bourdonnement d'un Fournier est perceptible: il s'agit de Brian l'autre RF3.

Image 

Arrivée de Brian à Oloron. 

 

    Pour le dîner, nous avons réservé pour six au restaurant installé sur le terrain, je vais plusieurs fois rassurer la patronne mais nous attendons encore Pierre...20h30, nous recevons un coup de fils de Pierre (ce qui bon signe pour son intégrité physique et mauvais signe pour son arrivée à Oloron avant la nuit...), qui nous explique que moins d'une heure après son départ, il a cassé une bougie (une sur quatre, ça compte!) et a dû se poser sur le premier terrain venu. Il n'a pas pu nous prévenir avant du fait des difficultés pour organiser son dépannage (Pierre rentrera chez lui grâce à une bougie de mobylette...!). La météo étant toujours très limite en Normandie, Pierre préfère que nous ne l'attendions pas le lendemain, tant pis, un de moins.

Image

Traversée des Pyrénées par un temps magnifique .

    Le lundi, nous décidons de faire escale à Santa Cilia de Jacca, un terrain très utilisé par les vélivoles (essentiellement français d'ailleurs ), cela permettra à nos deux RF3 de rejoindre ensuite Burgos plus sereinement. Le vol au dessus des Pyrénées de passe sans encombre, le plafond permettant de survoler les plus hauts sommets autour de la vallée du Sompor.

Image

Atterrissage à Jacca. 

    Après un bon déjeuner et environ 10 litres de plus dans le réservoir (10l sur 30 ça compte!) nous repartons vers Burgos et là c'est du pur plaisir: vol de pente parmi les vautours (à plumes...), patrouilles photos, survol des champs d'éoliennes, etc.

 Image 

Le Jodel de Loïs.

Image

 Les champs d'éoliennes. 

Nous arrivons à Burgos en fin d'après-midi le terrain est désert à l'exception du pompiste qui nous fait remarquer très professionnellement que nous n'avons pas près de l'orifice de nos réservoir la mention "AVGAS" ce à quoi il palliera en nous fournissant l'autocollant ad hoc! Les machines rassasiées et correctement attachées pour la nuit, nous nous rendons au centre ville pour trouver un hébergement et nous restaurer non loin de la fameuse cathédrale...de Burgos!

 

Image 

La cathédrale de Burgos. 

    Durant le dîner, nous préparons la journée suivante; le Jodel, bénéficiant d'une meilleure autonomie, ne partira que l'après-midi pour rejoindre directement Santiago laissant la matinée à ses occupants pour visiter un peu la ville, les RF3 partirons dès le matin pour faire escale technique à Léon (le vent, toujours très présent, ne nous permettait pas d'arriver à Santiago avec la réserve suffisante, de l'attente étant à prévoir à l'arrivée). Nous partons donc, Brian et moi, vers 10h30. Après un rapide survol de la ville, espérant que nos amis restés visiter nous apercevront, nous nous dirigeons vers Léon, la campagne est magnifique, le moindre hameau est flanqué de sa vieille église: le chemin doit être sympa à faire à pied! Nous nous posons à Léon, terrain partagé avec les militaires et parquons fièrement nos belles machines. Nous nous rendons ensuite vers le bureau de piste afin d'organiser le ravitaillement et de préparer le deuxième tronçon de la journée (plan de vol obligatoire en Espagne...). Là quel n'est pas notre déconvenue lorsque la préposée au bureau de piste nous explique, AIP à l'appui, qu'il n'y a pas d'essence ici, uniquement du JET (en fait l'essence est chez les militaires et nous ne pouvons en bénéficier)! Une seule solution: aller chercher de l'essence dans une station service voisine! Nous nous dirigeons vers la tête de station et attendons un taxi, heureusement nous avions rencontré un équipage de Falcon 50 au bureau de piste qui parlait très bien français et anglais et qui a pu expliquer notre intention au chauffeur de taxi... Nous revenons une demi-heure après avec notre bidon contenant 22 litres de super auto, passons ainsi les différents portiques de sécurité séparants la zone publique de l'aérogare des avions... et ravitaillons sous le regard étonné de notre chauffeur de taxi (qui est lui aussi passé sur la piste sans encombre...). Les formalités de dépôt de plan de vol sont rapidement effectuées et nous repartons vers Santiago, notre destination finale.

 Image

Refueling à Léon sous le regard intrigué de notre chauffeur de taxi. 

 

    Comme prévu, à Santiago on nous fait attendre 15 bonnes minutes avant de débuter notre approche; deux 737 et un 320 amènent leur flot de touriste. Une fois posés nous suivons le "follow me car" vers notre parking et amarrons nos avions avec des bidons d'eau, un camion citerne vient nous ravitailler, je crois que le pompiste ne s'est jamais déplacé pour si peu! Le Jodel n'est pas encore arrivé, nous nous rendons en ville et trouvons un hébergement pour tout le monde, nous retrouverons nos amis sur le parvis de la cathédrale: somptueux !

 Image

Le nord de l'Espagne est rès montagneux.

Image

Arrimage à Santiago.

Image

Juste de quoi remplir un briquet! 

 

    Santiago est vraiment une très belle ville, nous prévoyons de visiter tout le lendemain et repartirons le jeudi...de l'Ascension!

 Image

Magnifique cathédrale de St Jacques.

Image

Le groupe réunis pour une visite de cette ville "culte".

Image

Encore une dernière... 

Bien sûr mes occasions de voler ne sont pas si nombreuses, mais je ne regrette pas du tout cette journée passée à visiter Santiago. Brian doit être à Grauhlet près de Toulouse le vendredi soir, moi je doit "assurer" car je reprend le travail dimanche de bonne heure. Bref une fois encore le groupe se scinde en deux; le Jodel assistera aux réjouissances de l'Ascension le jeudi matin puis décollera pour Gigon via Vigo et La Corogne, un superbe vol côtier puis rejoindra Lapalisse après avoir fait escale à Royan le vendredi soir, les deux RF3 rentrerons dès le jeudi matin et longerons la côte nord de l'Espagne jusqu'à Oloron, retour vers Grauhlet pour Brian le vendredi après midi et vers Paris pour moi dès le matin (retour difficile aux alentour d'Angoulême...).

Image

Entre Santiago et Gigon sur la côte nord.

Image 

Falaises de granite et prairies verdoyantes... 

Image

Santander; dernier ravitaillement en Espagne.

 

    Exceptés les problèmes de notre ami Pierre, ce voyage s'est déroulé sans encombre. Il n'y a pas besoin d'un prétexte aéronautique pour faire un beau voyage, certes nous n'étions pas nombreux mais cela permet une plus grande souplesse dans la prise de décision et la possibilité de mieux se connaître ! De tels "petits" voyage ne nécessitent pas une grosse organisation, je ne peut que vous encourager à lancer des propositions de telles ballades, vous verrez bien qui y répond, de toutes façons, à partir de deux Fourniers il s'agit déjà de formidables souvenirs en perspective ! Et pour proposer vos idées rien de tel que le FORUM du site du CFI !

Image

Nuages de rotor au dessus d'Oloron lors du premier passage.

 

 
< Précédent
© 2017 Club Fournier International
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.